Jean Galfione Famille

Jean Galfione Famille / Jean Galfione, athlète française qui participe à des compétitions de saut à la perche, est née à Paris, en France, le 9 juin 1971. Les capacités athlétiques de Jean étaient évidentes dès son plus jeune âge, notamment dans les épreuves sur le terrain auxquelles elle a participé. a montré ses talents était le saut à la perche.

Advertisements
Jean Galfione Famille

Jean a rejoint un club d’athlétisme local lorsqu’il était jeune et c’est là qu’il a acquis l’instruction et la direction appropriées auprès d’instructeurs plus expérimentés. Il gravit les échelons assez rapidement et commença presque immédiatement à participer à divers événements régionaux et nationaux. Dans chacun des tournois auxquels il a participé, sa passion et sa détermination étaient pleinement visibles.

En 1995, Jean a eu un impact sur la scène mondiale en remportant une médaille d’argent aux Championnats du monde organisés à Göteborg, en Suède. Ces championnats avaient lieu tous les quatre ans. Grâce à cet exploit, il s’est fait connaître du public et s’est imposé comme un redoutable compétiteur dans le monde du saut à la perche.

Advertisements

Les Jeux olympiques de Sydney, en Australie, en 2000, ont été le point culminant de la carrière de Jean. Jean n’a pas été intimidée malgré la concurrence féroce à laquelle elle était confrontée de la part de concurrents du monde entier. C’est grâce à sa concentration continue et à sa superbe technique qu’il a réussi à franchir la barre à 5,90 mètres, ce qui a finalement permis à la France de remporter la médaille d’or.

Non seulement Jean a tiré une gloire personnelle de son triomphe, mais cela l’a également élevé au rang de héros national en France. Il a été présenté comme un exemple de ténacité et de détermination, servant de source de motivation aux athlètes prometteurs de tout le pays.

Jean n’a jamais perdu sa modestie ni son lien avec le monde réel, malgré tous ses succès. Il a persévéré dans sa formation ardue, visant constamment le plus haut niveau de réussite. Son dévouement au jeu s’est manifesté dans chacun de ses sauts.

Jean Galfione Famille

Jean Galfione a un frère qui est acteur, son frère Olivier, et un frère qui est mannequin, sa sœur Sophie.

Jean s’est imposé comme l’un des meilleurs sauteurs à la perche de tous les temps en accumulant de nombreux records nationaux et mondiaux tout au long de sa carrière. Bien qu’il ait arrêté la compétition active en athlétisme en 2005, il a continué à soutenir la communauté sportive et à conseiller les jeunes athlètes.

Aujourd’hui, la mémoire de Jean Galfione continue de vivre, non seulement dans les annales de l’histoire, mais aussi dans l’affection des personnes dont la vie a été changée par l’incroyable aventure qu’il a entreprise. Sa vie nous montre que l’on peut tout faire s’il est prêt à faire des efforts, s’il se consacre à sa cause et s’il a une confiance inébranlable en lui-même.

En conclusion, le récit de la vie de Jean Galfione illustre la force que l’on peut acquérir par la patience et le dévouement. Ses réalisations en saut à la perche ont laissé un effet indélébile sur le sport et ont encouragé d’autres compétiteurs au fil de plusieurs générations à poursuivre leurs objectifs sportifs.

Lorsque Jean Galfione avait 13 ans et qu’il était membre du club sportif du Stade français, il a commencé à concourir dans l’épreuve de saut à la perche dans le cadre du décathlon. C’est Maurice Houvion, coach à l’INSEP, qui a reconnu son potentiel et l’a fait passer des essais. Il rejoint le groupe de perchistes que Houvion enseignait à l’INSEP en 1987 et devient membre de ce groupe.

En franchissant 5,16 mètres au saut à la perche en 1988, il a établi un nouveau record national chez les jeunes. En 1990, il remporte la médaille d’or au saut à la perche aux Championnats du monde juniors avec un saut de 5,45 mètres. Il a également battu le record national junior en salle au saut à la perche avec un saut de 5,60 mètres.

Lorsque Galfione a remporté la médaille de bronze au saut à la perche aux Championnats du monde en salle de 1993, il a remporté sa première médaille aux Jeux olympiques ou à l’un des championnats du monde en plein air ou en salle.

Galfione a été victorieux au niveau senior de la compétition de saut à la perche en extérieur aux Championnats nationaux d’athlétisme à six reprises entre 1993 et 1998. En plus de cela, il a pris la première place au niveau senior de la compétition de saut à la perche en salle aux Championnats de France d’athlétisme. Championnats nationaux d’athlétisme en 1990, 1993 et 1994.

Advertisements
Jean Galfione Famille

Par la suite, chacun d’eux a connu trois échecs consécutifs dans ses tentatives de franchir des hauteurs supérieures à 5,92 mètres, ce qui a entraîné l’arrêt de la compétition, considérée comme terminée. Par conséquent, selon le règlement pour départager les égalités, Galfione a reçu la médaille d’or car il a raté moins de finales que Trandenkov.

Trandenkov a reçu la médaille d’argent, tandis que Tivontchik a reçu la médaille de bronze. La victoire de Galfione de 5,92 mètres a établi un nouveau record olympique, dépassant de 2 centimètres la précédente marque olympique établie par Sergey Bubka lors de la finale du saut à la perche des Jeux olympiques de 1988 pour devenir le nouveau record olympique. Immédiatement après la conclusion du tournoi, Galfione a été entendu dire qu'”aujourd’hui est l’un des plus beaux jours de ma vie”. “Ce

C’est le moment où toute ma persévérance et mes efforts ont porté leurs fruits. Sans aucun doute, tous mes efforts ont conduit à ce résultat. La compétition a été longue et exigeante, mais j’ai su rebondir assez rapidement après chaque saut. Après une belle carrière de sauteur à la perche, Jean Galfione, fasciné depuis toujours par la vie maritime, a décidé de poursuivre un métier dans le maritime. l’industrie en tant que capitaine professionnel. Il a couru en Class40 et a participé soit à la Transat Jacques Vabre, soit à la Route du Rhum. L’athlète raconte pour nous ses expériences avec l’océan.

Vers l’âge de 14 ans, j’ai eu l’opportunité d’aller pêcher à bord d’un chalutier du Guilvinec. Je m’en rappelle comme si c’était hier. Depuis mon plus jeune âge, des membres de ma famille sortaient sur ce chalutier qui appartenait à des amis pêcheurs de mon père et j’avais toujours rêvé d’y aller moi-même. J’avais l’habitude de faire beaucoup de promenades sur les bateaux qui y étaient amarrés, mais je ne pouvais aller nulle part toute la journée car j’étais trop petit.

J’ai pu le faire une fois que j’ai atteint l’âge approprié. Ils sont venus me chercher à 5 heures du matin et nous avons passé la journée ensemble sur l’eau. J’étais malade tout le temps, donc je n’ai même pas eu l’occasion d’en profiter et je n’ai même pas vu un seul poisson. J’avais l’impression que j’allais vomir parce que je ne sentais que le carburant diesel.

J’ai navigué et été encadré par certains des meilleurs skippers du monde, dont Roland Jourdain, Nicolas Troussel, Michel Desjoyeaux, Jean Le Cam et Tanguy de Lamotte, qui m’a prodigué de bons conseils. J’ai également eu plusieurs séances de mentorat avec ces skippers hors du commun. Ces champions de voile légendaires m’aimaient et me permettaient occasionnellement de les accompagner sur leurs navires.

C’est assez fragmenté. Mais si je devais choisir un bateau, ce serait mon premier Serenis, un Class 40 sur lequel je participe désormais à la Route du Rhum. C’est un gros souvenir, hein ?

Par la suite, j’ai passé de très bons moments sur de nombreux autres bateaux. Mon tout premier bateau de course a été conçu pour l’America’s Cup et vous pouvez le voir actuellement exposé à Lorient. C’est un souvenir marquant pour moi car à l’époque j’étais lié par un contrat et entièrement dédié à l’entreprise.

La plupart du temps, ma famille et moi nous rendons aux Glénan en bateau à moteur. Parce que l’emplacement est à la fois charmant et plutôt adapté aux enfants, emmener les enfants ne devrait pas être difficile. La voile est une autre méthode par laquelle je m’y rends régulièrement.

On estime que Jean Galfione a une valeur nette ou un revenu net compris entre un million et cinq millions de dollars. En raison de sa principale activité d’athlète, il a accumulé une richesse considérable.

Je n’en ai aucune idée, mais peut-être que si j’avais suivi les traces des anciens lauréats, j’aurais travaillé comme consultant pour une chaîne de télévision ou fusionné une organisation sportive avec le département marketing ou communication. Un scénario dans lequel j’aurais pu mettre à profit mes capacités athlétiques.

L’athlète français Jean Galfione est surtout connu pour ses succès dans le sport du saut à la perche. Aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996, il a triomphé et remporté un championnat olympique. Il a pu se consacrer à la voile à la fin de sa carrière et s’est lancé dans cette nouvelle initiative professionnelle qui l’intriguait depuis son plus jeune âge. Il était fasciné par la voile depuis qu’il était enfant.

En tant que «grinder» (wincher), il participe à sa première compétition de voile de l’America’s Cup en 2007, organisée en marge du challenge français K-Challenge. En plus de cela, il est analyste et présentateur pour plusieurs médias.

Il débutera ensuite une carrière de coureur au large en classe 40 et participera à de nombreuses courses dont la Route du Rhum 2014.

Leave a Comment